LISMONDE chez Claire
‘Signes 65’, 1965

Bienvenue chez Claire !

Pour rejoindre la causerie chez Claire, cliquez ici (Zoom Live le samedi de 14h30 à 15h00)

Si vous désirez découvrir Claire à travers le regard de Claire, la conservatrice du Musée d’Ixelles, cliquez ici (Zoom Live le samedi de 16h00 à 17h00)

 
 
 
 
© Musée d’Ixelles – SABAM Belgium 2020

Lismonde

Lis ce monde

La playlist pour Jules

 

Dans le monde enchanté d’avant, on installait l’œuvre chez soi, pièce maîtresse pour le weekend. On disposait quelques chips, bonbons, jus, etc. et on voyait défiler du monde.  

Mais ça, c’était avant !  

La playlist idéale, selon Claire

pour écouter l’oeuvre de Jules Lismonde :

  • Parce qu’il est question de “vibrations dynamiques” dans l’œuvre de Lismonde :  

    Steve Reich – Clapping music

 

    • Quelque chose qui relève de la chorégraphie :

      Jun Miyake – Lillies Of The Valley (dans la bande son du film PINA)

    • Où il est question d’un monde fou… (et le gars s’appelle G. Jules et Lismonde détestait son prénom Jules…) :

      Gary Jules  – Mad world

Le musée a décidé de maintenir l’aventure envers et contre tout. Du coup, l’œuvre fera son show chez moi, mais pour les visites in situ, c’est foutu.  

 

Comme l’œuvre qui s’installera ici est un « Lismonde », artiste bruxellois du siècle dernier, je vous inviterais bien à répondre brièvement à la question « Et toi, comment tu lis c’monde » ? 

Quelques mots que vous pouvez partager en photo via votre compte Instagram #museecommechezsoilismond

Lâchez-vous. Merci ! 

Archives et découvertes

Lire la vidéo
selfie_Claire2

Qui êtes-vous ?

Bruxelloise depuis toujours. Enracinée mais vagabonde. (J’ai 53 ans). Nous sommes arrivés rue de la Cité en juillet 2000. Deux grands enfants sympas, Anna et Paul.

Pas mal changé de boulots mais le fil rouge est un élan vers un monde plus humain. Aujourd’hui, je travaille dans le département de l’aide humanitaire au ministère des affaires étrangères. « Les nouvelles sont mauvaises d’où qu’elles viennent » : Yémen, Irak, Palestine, Burkina. Je vis mon quartier comme une respiration.

Pourquoi avoir participé à ce projet ?

Le monde est mon village et ce village est mon monde. Il s’y passe toujours quelque chose de palpitant. Cela fait plus de 3 ans que nous avons eu vent de ce projet du “Musée comme chez soi”. Je n’ai loupé aucune des éditions précédentes. Des visages familiers et des jolies découvertes.

Pourquoi avez-vous choisi cette œuvre ?

J’avais gardé un trio de tête parmi les 50 œuvres proposées. Une photographie d’Armyde Peignier, un tableau de Louis Van Lint et ce Lismonde. Toutes en noir et blanc. Lismonde l’a emporté. Echo à l’écriture, la calligraphie, au travail de Christian Dotremont… ou parce qu’il y est question de « monde » ?

Décrivez votre œuvre en trois mots

Des traces et des points à l’encre noire sur un fond blanc. J’y ai vu des acrobaties et de la souplesse.

No Comments

Leave a Reply