Raoul UBAC chez Caroline
Ardoise, s.d

Bienvenue chez Caroline !

Pour rejoindre la causerie chez Caroline, cliquez ici (Zoom Live le samedi de 15h00 à 15h30)

Si vous désirez découvrir Caroline à travers le regard de Claire, la conservatrice du Musée d’Ixelles, cliquez ici (Zoom Live le samedi de 16h00 à 17h00)

 
 
 
 
© Musée d'Ixelles - SABAM Belgium 2020

Le voyage de Caroline dans l’œuvre…

Le monde entier est rythme

La playlist pour Raoul

“Le monde entier est rythme. C’est en vivant à partir de 1957 à la campagne que j’ai retrouvé ce rythme dans le labour des champs. Et ce fut un moment privilégié que me rendre compte que ce champ tout bête, au fond, je ne l’avais jamais vu. Il m’est apparu que ce rythme créé par le cultivateur est un rythme fondamental du monde. Il transforme donc une matière brute, qui est le champ, en un rythme puissant, lequel participe à la topographie du lieu et de la lumière qui s’y déverse. Je n’ai fait que reprendre cette donnée, non pas en copiant servilement ces labours, mais en les adaptant à la nécessité plastique du tableau. Le point de départ est là. On ne peut pas nier que la source de ce tableau, c’est le labour, le champ, le rythme des sillons.”
Raoul Ubac, 1971. Entretien avec Charles Juliet, Ed. L’Echoppe, 1994.

La playlist idéale,

selon Caroline,

pour écouter l’oeuvre de Raoul Ubac

  • Max Richter – On the Nature of Daylight
  • Max Richter – The Departure

Qui êtes-vous ?

Mon nom est Caroline. Après avoir étudié le montage à l’INSAS, j’ai embrassé le métier de photographe. Je travaille principalement dans les secteurs de l’art, la culture, le portrait ainsi que le documentaire, touchant ici et là au monde de la science. Des domaines qui me passionnent.

Habituée à prendre la route, cette année sédentaire fut l’occasion de redécouvrir l’environnement immédiat. Il fut également propice à la réflexion sur les temps traversés.

 

Pourquoi avoir participé à ce projet ?

Parce que c’est un brillant projet de la part du Musée d’Ixelles ! Amener l’art à l’extérieur des lieux auxquels on l’assimile habituellement est une idée forte. Et qui prend d’autant plus de sens à l’heure actuelle où le lien social est mis à mal.

Pourquoi avez-vous choisi cette œuvre ?

Mon choix s’était initialement posé sur une autre œuvre, néanmoins après sa présentation par Yves Hanosset de Patrimoine à roulettes, celle-ci m’a semblé évidente.

Décrivez votre œuvre en trois mots

Ombre. Lumière. Transcendance.